Femmes plus instruits que les hommes mais encore payé au moins

Origin: https://yaleglobal.yale.edu/content/women-more-educated-men-still-paid-less
Translated by

Saudi
Plus de responsabilités, moins payants : 51 pour cent des étudiants Saoudiens sont des femmes (en haut) ; en Occident, les mères doivent multi-tâche pour rejoindre le lieu de travail

NEW YORK : Ces dernières années les femmes ont augmenté vers le haut du monde de l’entreprise. De Indra Nooyi chez Pepsico à Mary Barra à General Motors, la montée des femmes chef de la direction des grandes entreprises a été célébrée. Plus remarquable a été la prédominance des femmes dans l’enseignement supérieur. Après des siècles de la domination masculine, femmes dans le monde entier maintenant plus nombreuses que les hommes en présence de l’Université et remise des diplômes. Pourtant, ces gains impressionnants ont été limitées en gros pour les pays développés et même là appel de disparité et de la discrimination pour la lutte continue. Société dans son ensemble doit reconnaître et répondre aux pressions de cet écart de scolarisation entre les sexes.

Université inscription parité entre les sexes a été atteint peu après le début du siècle 21st . Depuis lors les ratios moyens de participation de l’Université des femmes ont dépassé les hommes. Alors que le taux d’inscription Université globale moyenne en 1970 était de 160 hommes pour 100 femmes, aujourd’hui elle s’élève à environ 93 hommes pour 100 femmes. Ratios d’inscription Université des femmes dépassent celui des hommes dans deux sur chaque trois pays disposant de données. Dans presque tous les pays qui sont membres de l’Organisation pour la coopération économique et le développement, la majorité des diplômés universitaires est des femmes (voir graphique). Dans certains pays, comme l’Estonie, l’Islande et la Pologne, environ les deux tiers des diplômés universitaires sont des femmes. Les exceptions notables sont le Japon, la Corée du Sud et la Turquie, où la proportion de diplômés d’Université féminins est entre 40 et 50 pour cent.

Dans le plus grand pays de l’OCDE, les États-Unis, les femmes sont près de 60 % des diplômés universitaire annuel et plus de 70 pour cent de 2012 lycée prononçant. Les femmes représentent 60 % des diplômes de maîtrise et 52 % des doctorats sont décernés aux États-Unis.

Bien que les hommes encore plus nombreux que les femmes dans les inscriptions dans les universités dans certains pays en développement, en particulier en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, dans beaucoup d’autres, comme l’Argentine, Iran, Nigéria et l’Arabie saoudite, les femmes constituent la majorité de l’Université étudiants. Aussi, parmi les deux plus grandes populations du monde, la Chine et l’Inde, les femmes sont dirigent vers parité avec les hommes dans la participation de l’Université, 48 et 42 pour cent, respectivement. En dépit de ces progrès éducatifs, les femmes continuent à la traîne derrière les hommes dans l’emploi, de revenu, de la propriété des entreprises, de recherche et de politique. Ce motif d’inégalité suggère que les attentes sociétales et les normes culturelles au sujet des rôles appropriés pour hommes et femmes ainsi que des différences biologiques inhérents entre les sexes sont limitant les avantages d’avantage l’éducation des femmes.

Différences entre hommes et femmes sont manifestes aux premiers âges. Les chercheurs observent que les bébés garçon et fille diffèrent même dans le lit, avec les garçons visuellement plus alerte et actif physiquement et des filles plus vocales et sensibles aux sons. Les tout-petits fille tendent à maturité plus rapidement que les tout-petits garçon et développent leurs connaissances linguistiques plus tôt. Différences entre les sexes dans les résultats scolaires sont évidents dans la petite enfance. Avant même de l’école primaire, les garçons ont tendance à être derrière les filles dans le développement de l’éducation, en particulier les aptitudes verbales. Rapport d’enseignants que les filles sont davantage disposées à entrer dans l’école que les garçons et de trouver que les filles commencent la lecture à des âges plus tôt que les garçons. De nombreuses études de pays au niveau secondaire ont trouvé que, en moyenne, filles constamment scores plus élevés en lecture, compétences, tandis que les garçons ne sont légèrement supérieures en mathématiques.

Despite educational gains, women lag behind men in income and business ownership.

En général, filles surclassent les garçons avec les meilleures notes en classe, les évaluations des enseignants et des scores sur les examens d’entrée de collège. En conséquence, certaines universités ont adopté des politiques volontaristes pour garçons à parvenir à un équilibre du sexe désiré en nombre d’étudiants inscrits. Parmi les pays de l’OCDE, taux de réussite pour le collège féminin est en moyenne 10 points de pourcentage plus élevés que ceux des hommes.

Un examen plus attentif de l’enseignement universitaire, indique toutefois, des différences significatives dans les domaines d’étude choisis par les hommes et les femmes. Alors que les hommes dominent dans des domaines comme l’ingénierie, fabrication, informatique, souvent supérieure à 80 % des baccalauréats, les femmes sont concentrées dans les champs qui sont moins rémunérateurs comme l’éducation, sciences humaines et arts et santé et bien-être. Même dans les pays qui oeuvrent pour la qualité du sexe, comme la Suède, les femmes représentent environ 60 pour cent des élèves de Collège se spécialisant dans les sciences humaines contre 30 % en ingénierie, de fabrication et de construction.

Figure
Agrandir l’Image

Malgré leur avantage éducatif, les femmes de collège ont des taux plus faibles d’emploi que leurs homologues masculins dans la plupart des pays, bien que l’écart a diminué récemment. Dans l’ensemble des pays de l’OCDE, par exemple, les taux d’emploi parmi les diplômés de 25 à 64 ans sont plus faibles pour les femmes que les hommes de collège, environ 80 pour cent comparativement à 90 % en moyenne avec des différences plus importantes dans certains pays, y compris le Japon, la Corée du Sud et Turquie. Aussi, dans beaucoup de pays arabes comme le Liban, le Qatar et l’Arabie saoudite, les femmes représentent la majorité des étudiants de l’Université mais constituent une minorité de la population active. Ces femmes qui décident de rejoindre le marché du travail et de faire progresser leur carrière souvent interrompent leur emploi avec des responsabilités de la maternité. Interruptions de carrière de plusieurs années ou un emploi à temps partiel pour élever leurs enfants entravent la montée des femmes diplômés aux échelons élevés dans l’industrie, recherche et gouvernement. Ces femmes sont également plus susceptibles que les hommes à s’absenter du travail pour les questions familiales, y compris le soin de parents âgés.

Avec des femmes plus nombreux que les hommes sur la plupart des campus de collège, il y a pénurie relative des hommes instruits. Les femmes instruites et socialement autonomes, en particulier, ont des difficultés pour réunion et rencontres hommes mariables, autant de succès. En Australie, par exemple, un quart des femmes éduquées degré dans leur 30 s devraient manquer sur la recherche d’un partenaire masculin adapté du même âge et de scolarité. Femmes sont plus en plus confrontées au choix de se marier sous leur niveau d’instruction – quelque chose les hommes et les femmes ont traditionnellement évité – ou ne pas se marier du tout.

Avantage l’éducation des femmes a également des effets démographiques sur le mariage, de divorce et de taux de natalité. Les femmes instruites et financièrement autonomes sont moins susceptibles de ressentir un besoin de se marier ; s’ils sont mariés, ils sont moins enclins à tolérer une relation troublée. En outre, ceux poursuivant des carrières professionnelles ou déjà en postes de haut niveau sont plus susceptibles de rester sans enfant ou avoir un seul enfant.

Peut-être un délai supplémentaire est nécessaire pour un avantage éducatif des femmes parvenir à l’égalité des sexes à travers de grands royaumes sociaux, économiques et politiques de la société. Dans l’intervalle, sociétés pourraient adopter des mesures afin de bénéficier des compétences et des talents des femmes et de surmonter les limites de plafond de verre. Par exemple, des efforts accrus, sont nécessaires pour surmonter les stéréotypes sexistes qui renforcent la situation, de hiérarchies, de préjugés et de sexisme. Adoption d’une législation de sexes favoriserait l’égalité entre les sexes, y compris un salaire égal pour un travail égal et accès aux financements pour les femmes. Les horaires de travail plus flexibles, politiques de congé parental amélioré et davantage de possibilités pour les femmes à rejoindre le lieu de travail après de courtes interruptions en raison de l’édifice familial faciliterait également l’égalité des sexes.

Alors qu’il est largement admis que les garçons et les filles devraient avoir la possibilité de poursuivre une carrière de leur choix, que beaucoup d’éducateurs voudrais exigent, ou encouragent au moins, que les deux sexes prennent le coursework même tout au long de l’enseignement secondaire, y compris les mathématiques, sciences, lettres et arts d’atteindre similaires soldes entre les sexes dans les professions. Enfin, bien que peu auraient conteste les avantages individuels et sociaux de la réussite scolaire des femmes, parents, enseignants et responsables des politiques sont plus en plus troublés par résultats scolaires hommes, femmes, en particulier dans les économies développées à la traîne . Les garçons de niveau primaires sont généralement moins intéressés, motivés et engagés dans le travail scolaire que les filles. Taux d’abandon scolaire au niveau secondaire ont tendance à être plus élevé pour les garçons et ceux qui terminent le secondaire sont moins susceptibles de fréquenter le Collège. Éducatifs de l’égalité entre les sexes exige une attention particulière vise à améliorer l’éducation des garçons et des hommes.

Joseph Chamie est un ancien directeur de la Division de Population des Nations Unies.

Post A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *